Vue normale Vue MARC vue ISBD

Five Broken Cameras = Les cinq caméras brisées

Emad Burnat, Guy Davidi, réal.

Auteur secondaire : Burnat, Emad, Réalisateur de film ; Davidi, Guy, Réalisateur de filmLangue : arabe ; des sous-titres : français.Pays : Palestine.Publication : Paris : Alegria Films [prod.], 2011Description : 1 DVD vidéo (1 h 30 min) : couleur (PAL), sonoreDewey : 956.94Sujet - Nom commun : Relations Juifs-Arabes | Palestiniens -- Israël | Résistance politique -- Moyen-Orient Sujet - Nom géographique : Israël -- Territoires occupés Résumé : Emad Burnat, paysan de Bil'in, comme il se décrit lui-même, en Cisjordanie, s'est acheté une caméra à la naissance de son 4ème fils Jibril. A cette même époque, en 2005, des géomètres font irruption dans les oliveraies du village : ils préparent la construction d'une gigantesque barrière censée bloquer l'infiltration de terrorristes en Israel. Le tracé du mur confisque plus de la moitié des terres du village, et pour cause : ils sont destinés à l'agrandissement de la colonie juive voisine. Emad n'hésite pas : dès les premiers oliviers arrachés par les bulldozers, sa caméra enregistre : la fureur incrédule des villageois palestiniens, la riposte israélienne, noyant le village sous les gaz lacrymogènes. Puis c'est l'escalade : la résistance des villageois est soutenue par des militants anti-colonisation venus du monde entier, l'armée israélienne en arrive à tirer à balles réelles. Emad voit sa première caméra rapidement détruite, il en rachète aussitôt une autre , et continue à enregistrer : la lutte, à laquelle participe également sa fratrie, mais aussi les premiers pas de son fils Jibril, et ses premiers mots :" mur", "armée" ; Emad voit sa vie sauvée par la caméra qui bloque la balle qu'il allait recevoir en pleine tête. Ainsi cinq de ses caméras seront-elles successivement détruites, mais pas les rushes, tournés depuis plus de 6 ans. Comment les organiser? il s'adresse au documentariste Guy Davidi, militant israélien qu'il a rencontré lors de ces années de résistance et avec lequel il effectue le montage. Le film "les cinq caméras brisées "est né.Ressources en ligne : Cliquez ici pour consulter en ligne Ce document apparaît dans la/les liste(s) : Films DOC Israël
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Notes Date de retour prévue Code à barres Réservations
DVD documentaire DVD documentaire Carré d’Art

Horaires habituels de la bibliothèque Carré d'Art : mardi et  jeudi : 10h-19h ; mercredi, vendredi, samedi : 10h-18h.
Section jeunesse (hors vacances scolaires) : mardi, jeudi : 13h30-19h - vendredi : 13h30-18h - mercredi et samedi : 10h-18h.

Nous sommes heureux de vous accueillir dans nos bibliothèques : ouverture des espaces avec accès aux documents, sans possibilité de séjourner dans la bibliothèque.

Nous pouvons désormais accueillir des activités encadrées ou accompagnée. Cela concerne :
- la consultation de documents patrimoniaux en salle Séguier, sur rendez-vous convenu à l’avance avec le chercheur
- l’accès aux postes informatiques en salle de formation avec un maximum de 4 usagers, pour une heure maximum.

Vidéo Adulte
DVD 956.94 BUR Disponible Prêt + Consultation sur place 9357320120
Total des réservations: 0

Prix Louis-Marcorelles, Festival Cinéma du réel, Paris, 2012

Emad Burnat, paysan de Bil'in, comme il se décrit lui-même, en Cisjordanie, s'est acheté une caméra à la naissance de son 4ème fils Jibril. A cette même époque, en 2005, des géomètres font irruption dans les oliveraies du village : ils préparent la construction d'une gigantesque barrière censée bloquer l'infiltration de terrorristes en Israel. Le tracé du mur confisque plus de la moitié des terres du village, et pour cause : ils sont destinés à l'agrandissement de la colonie juive voisine. Emad n'hésite pas : dès les premiers oliviers arrachés par les bulldozers, sa caméra enregistre : la fureur incrédule des villageois palestiniens, la riposte israélienne, noyant le village sous les gaz lacrymogènes. Puis c'est l'escalade : la résistance des villageois est soutenue par des militants anti-colonisation venus du monde entier, l'armée israélienne en arrive à tirer à balles réelles. Emad voit sa première caméra rapidement détruite, il en rachète aussitôt une autre , et continue à enregistrer : la lutte, à laquelle participe également sa fratrie, mais aussi les premiers pas de son fils Jibril, et ses premiers mots :" mur", "armée" ; Emad voit sa vie sauvée par la caméra qui bloque la balle qu'il allait recevoir en pleine tête. Ainsi cinq de ses caméras seront-elles successivement détruites, mais pas les rushes, tournés depuis plus de 6 ans. Comment les organiser? il s'adresse au documentariste Guy Davidi, militant israélien qu'il a rencontré lors de ces années de résistance et avec lequel il effectue le montage. Le film "les cinq caméras brisées "est né.

Il n'y a pas de commentaire pour ce document.

Connexion à votre compte pour proposer un commentaire.
Réseau des bibliothèques de la ville de Nîmes

Propulsé par Koha