000 01447nac2 2200241 4500
001 409679
090 _a409679
091 _a0
100 _a20121218u u||y0frey50 ba
101 _afre
102 _aFR
106 _ar
140 _af 0000
141 _abfga1ebb
200 _aA Juger Pour le C.en Gabriel-Raymond-Jean-François Olivier, agissant en qualité de mari et maître des biens et droits dotaux de Jeanne-Marie-Thérèse Ribouton, domicilié à Malemort, département de Vaucluse, et actuellement résidant à Nîmes ; icelle Ribouton succédant aux droits de sa tante Marie-Anne Dandrée, de la commune de Carpentras. Contre le citoyen Eugène Dandrée, professeur à l'école centrale dudit Carpentras, détenteur des biens héréditaires de feu Paul-François Dandrée, et Anne-Thérèse d'Albert dont il est petit-fils, appelant d'une sentence rendue à Rome le 19 juin 1787, au profit de ladite Marie-Anne Dandrée.
_bTexte imprimé
210 _a[A Nismes]
_c[De l'imprimerie de J. B. Guibert]
_d[s.d.]
215 _ap. [1], 2-64
_din-4° (23 cm)
300 _aPapier bleuté
482 _9409677
_tMémoire pour Me Morizot, Avocat au Parlement. Contre M. le Procureur-Général.
801 _bFRB301896101
_c20121218
_aFR
856 _uhttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1092215d
_2Ex. 27170_064 de la bibliothèque de Nîmes
980 _c20121218